lundi 10 novembre 2008

La pepette revient à la charge

Résumé des épisodes précédents (précédemment dans la vie de Nigel)
Avec mon ex, c'est fini, c'est pour ça qu'on appelle ça une ex. Pour qu'elle arrête de me harceler je l'ai mise sur liste rouge. Mais voilà t'y pas qu'elle passe par ma mère pour me joindre. Refusant de répondre, elle laisse donc un message en larmes sur son répondeur, et j'ai cédé, je l'ai rappelée. La raison de son appel était bien ce que je pensais, elle a mis un contrat sur ma tête car j'ai dit à quelqu'un des choses que cette personne ne devait pas savoir à propos d'elle. (longue histoire, je vais pas en faire des tartines c'est censé être un résumé)
Bon, la conversation était à base de "je vais te tuer", "qu'est-ce que je dois faire pour que tu arrêtes de me pourrir la vie, te tuer?", "je chiale quand je revois les photos de nous", "je t'aime", je vais te tuer", "viens chez moi regarder un film", "attention maintenant je suis devenue une bombe et si je te surprends à bander en me regardant je te tue", "si tu me touches t'es mort", "je t'aime", "je vais te tuer", et là j'ai raccroché.

Et maintenant la suite des événements précédents
ce matin je reçois un sms ce matin dont le contenu m'a un peu déstabilisé:
"Tu as raison et je te remercie de m'avoir ouvert les yeux. Tu n'as plus rien à craindre. Je ne te tuerai pas. Je t'aime tite chose." (à la virgule près)
Comment dois-je l'interpréter? ça ne lui ressemble pas de changer d'avis de manière aussi radicale et rapide, d'être aussi directe, et surtout d'admettre que j'ai raison (surtout que j'avais pas franchement raison, soyons honnête deux secondes), donc c'est très vraisemblablement ironique. Je trouve cependant déplacé qu'elle utilise la locution "tite chose" qui était le petit nom qu'elle me donnait avant. il y a des mots qu'on ne doit pas utiliser si on ne les utilise pas sérieusement. c'est du faux et usage de faux. ça me blesse un peu, quand même, et je trouve que c'est fourbe comme procédé.

Et même si c'est sincère, ça ne changera rien. Soutenu par tous ceux qui m'ont ramassé à la cuiller quand j'étais avec elle, il est important que je ne cède pas et que je reste loin d'elle.

c'est pas facile de se forcer à rester loin d'une femme qu'on aime encore dans le fond, mais comme je lui disait hier au téléphone, l'oreiller qu'elle a utilisé pour m'étouffer, je ne l'ai plus contre le visage, mais encore en travers de la gorge.

1 commentaire:

Ode Roxane a dit…

La vache mon poussin je n'étais pas au courant de la violence de cette femme :S
Surtout ne regrette rien, t'éloigner d'elle est la meilleure chose qu'il fallait faire pour te préserver, te protéger.

P.S: canard c'est quand même mieux que tite chose, surtout quand on sait que c'est pas le cas ;)