samedi 9 février 2013

prince charmant sans le sou cherche cendrillon à forte poitrine

Il faut croire que je suis difficile, mais je ne trouve pas mon bonheur. Parmi toutes les femmes qui m'entourent, non qu'elles soient si nombreuses, mais au moins plusieurs, je ne trouve pas la perle rare.
J'ai fait un rêve étrange récemment où je faisais la liste des personnes qui seraient invitées à mon mariage, en gros j'invite personne et vous pouvez tous crever la gueule ouverte... non, c’était un beau rêve et tous mes amis y étaient, et comme ce n'était qu'un rêve le budget n'était pas important donc je ne me suis pas imposé de limite.
Faire des listes d'invités, c'est bien mais au bout du compte je n'ai jamais su qui j'épousais.

C'est mon neveu qui m'a réveillé avant que je ne le sache, et c'est certainement sa présence dans les parages qui aura provoqué ce rêve vu qu'il me demande assez régulièrement quand je vais lui pondre un cousin, ou pourquoi je n'ai pas de femme. Plus d'une fois j'ai voulu troller et lui dire "bah tonton Nigel n'aime pas les femmes, et deux hommes ensemble ne peuvent pas faire un cousin parce que la biologie est ainsi faite" mais j'aime trop mon frère pour qu'il ait à expliquer ces concepts à des enfants en bas age.

Évidemment j'aime les femmes. J'admets ma part de bisexualité aisément, ce n'est pas tabou pour moi mais ce n'est pas une fierté non plus. Et vraiment j'aime les femmes. Ma bisexualité n'est pas non plus un moyen de toucher un plus large public, je n'ai pas de mal à plaire, d'un côté comme de l'autre, mais je trouve des choses différentes, et je me considère aujourd'hui comme encore un explorateur. Il faut dire que j'ai beau ne plus être tout jeune, j'ai commencé ma vie un peu tard, et je n'ai décidé d'assumer mon mode de vie que récemment.

Je sais que mes ex vont hurler au scandale, mais je ne cherche qu'à apporter du plaisir à mes partenaires, et généralement mon plaisir personnel passe après parce que je n'en ressens presque pas. On me reproche un certain côté frigide, et je dois l'être un peu.

Je continue de croire qu'un jour proche je trouverai la bonne, la vraie, l'unique, celle qui ne sera pas cocue, je cherche une fille jolie, cultivée, une peau douce, avec des gros seins, pas trop grosse mais un peu de chair à tripoter est un plus, qui sache chanter juste ou jouer d'un instrument, qui ne soit pas l'ex d'un ami, qui ne soit pas l'actuelle d'un ami, qui fume ou au moins supporte que je fume, qui ne va pas me casser les noix à chaque fois que j'ai envie d'une bière...
Il faut croire qu'elle n'existe pas. Je ne vais pas arrêter d'utiliser les échantillons gratuits et les offres promotionnelles sans promesse d'achat que je peux rencontrer, mais c'est vrai qu'un jour j'aimerai me fixer.

Je n'ai pourtant pas l'impression de demander la lune, je sais que des femmes comme ça existent, et pas seulement dans les films, mais ce genre de filles ne sont peut-être tout simplement pas attirées par moi. Je peux toujours envisager de me mettre au sport pour perdre du bide mais ça ne changerait pas grand chose, ce que j'ai à offrir n'est pas vraiment physique. Je parle souvent de ma bite parce que je n'ai pas à en rougir, pourtant le dicton dit bien: ce n'est pas la taille qui compte, c'est de savoir s'en servir.
En fait, c'est ce que disent les mecs qui en ont une petite, des études scientifiques (certains chercheurs ont vraiment, soit du temps à perdre, soit un complexe quelque part) montrent que la taille compte quand même pas mal.
Je ne plais pas vraiment au premier coup d’œil, ce n'est que quand on a eu l'occasion de me parler un peu que les gens voient autre chose qu'une loque qui traine un bouquin au comptoir, autre chose qu'un alcoolique même pas mondain, autre chose qu'un asocial. La première impression que je donne me caractérise assez mal, finalement.

Je n'ai pas le sentiment d'être difficile, je crois juste que celle que je cherche n'existe pas.

1 commentaire:

Tu sais qui. a dit…

"Je continue de croire qu'un jour proche je trouverai la bonne, la vraie, l'unique, celle qui ne sera pas cocue, je cherche une fille jolie, cultivée, une peau douce, avec des gros seins, pas trop grosse mais un peu de chair à tripoter est un plus, qui sache chanter juste ou jouer d'un instrument, qui ne soit pas l'ex d'un ami, qui ne soit pas l'actuelle d'un ami, qui fume ou au moins supporte que je fume, qui ne va pas me casser les noix à chaque fois que j'ai envie d'une bière..."

Mais que t'es con ! Mais que t'es con... Mais que t'es con ! Putain t'es con !!!! Et bis repetita pour l'article d'il y a longtemps sur une Kevin Costner au féminin qui serait ta bodygard. Chaque fois que tu décris ta femme idéale j'ai envie de t'étrangler parce que ne t'en déplaise [Bip], à part pour le physique tu as déjà trouvé ce genre de personne (je n'ose pas mettre cette personne, mais si on s'en tient au littéral t'es mal barré). Et même en ayant une personne s'approchant de ce que tu recherches tu n'es pas capable d'apprécier ou de garder ce que tu as ! L'idéal est une idée, un concept, une liste de critères, mais même face à l'idéal il se peut que tu ne ressentes rien, et que tu cède encore à tes peurs et que tu regâche tout encore une fois. Alors arrêtes de chercher une liste toujours plus longue, ne crois pas que parce que tu auras dégoté une fille bien tu t'arrêteras d'aller voir ailleurs (des exemples de gars qui trompent alors qu'ils ont la nana parfaite pour eux j'en ai à la pelle si tu savais...). Ce qui t'empêchera d'aller voir ailleurs, ce qui te permettra de te poser, ce qui te laissera de la place pour aimer quelqu'un d'autre, c'est de te soigner. Parles mais pas à tout le monde, ni à n'importe qui. Prends du temps, goûte la solitude, réfléchis ! La plupart des tes ennuis et de tes angoisses viennent de toi. Que ce soit avec moi ou une autre, tant que tu n'auras pas réglé certaines choses et d'autres, tu ne pourras rien construire, car les bases ne seront jamais solides tant que tu ne les aura pas réparées. J'arrêtes ma tirade, fais ce que tu veux de ce commentaire, mais gardes-le quelque part. Tu peux continuer à (me) nier autant que tu veux, tu ne trouveras pas le Bonheur tant que tu te voileras la face comme ça. Qu'est devenu Narcisse à force de courir après une image ?